Accueil > Spectacles > Macbeth

Macbeth

Production : Compagnie Arsenic
Scénographie et costumes : Maggy Jacot
Accessoiristes : Juliette Baudoin, Marie-Claire Dardenne, Valérie Perin

MacBeth est la tragédie la plus fulgurante de Shakespeare. Pièce d’action, elle devait à l‘époque de sa création tenir en haleine les spectateurs. Revisitée par Arsenic, on debouche sur une pièce fantastique, un parcours onirique dans lequel le travail sonore des voix et des ambiances mais surtout l’utilisation de marionnettes accentuent les visions de Macbeth. Le tout hébergé dans un lieu hors du commun : la Tour Vagabonde. Créée par Les Ateliers de l’Orme, poutre par poutre, ce lieu théâtral exceptionnel, d’inspiration élisabéthaine subjugue, tant les spectateurs que les créateurs de spectacles, rejoints dans leurs rêves par des constructeurs visionnaires.


Dans la presse

Le Vif/L’Express – Des fous géniaux, ces nomades liégeois d’Arsenic ! Ils affrontent Macbeth de Shakespeare dans une « tour vagabonde » : époustouflant !

La DH - La mise en scène - qui est l’oeuvre d’Axel de Booseré - jongle avec sons et lumières afin de procurer au spectateur une tension, une tension semblable à celle qui ronge le héros, Macbeth. Avec des acteurs peu nombreux, ce Macbeth, qui jongle à merveille avec les marionnettes qui miment les personnages secondaires de l’intrigue, parvient à offrir aux spectateurs une représentation lourde de sens, de tension et d’innovation. La seule démesure dans ce spectacle très mesuré, y compris dans son décor et ses accessoires, se situe dans le choix du lieu. lire

Le Soir - En guise de plateau, Axel de Booseré et Maggy Jacot ont imaginé un enchevêtrement de poutres qui épouse la structure de la tour pour mieux nous piéger. On est ainsi à la fois dans l’action et dans le cerveau torturé de Macbeth. Fidèles au mélange d’expressionnisme, de grand guignol et d’effets surprenants de leurs créations précédentes, ils livrent un spectacle noir à souhait, qui prend le spectateur à la gorge et l’entraîne dans une spirale sans fin. Une histoire de meurtre et de pouvoir, de prédiction et d’ambition, d’aveuglement et de folie. (…) Mais on retrouve le même sens de la scène, l’utilisation d’effets devant plus aux machineries et trucages du passé qu’aux technologies modernes.lire

Sur le web

Les éditions de l’Ermitage – (…) une représentation épurée, tragique et follement imaginative de Macbeth (prononcer Macbess). La scène est réduite à des proportions et une absence de perspective toutes médiévales, les costumes confectionnés de patchwork aux allures de vêtements de cirque, le texte passe de la réalité au cauchemar, soutenu par un jeu d’éclairage, de marionnettes et de personnages masqués des plus fascinants. Si l’on comprend que tout le monde ne fasse pas sa tasse de thé d’un Macbeth ou d’un Shakespeare, on ne peut que se féliciter d’avoir ingurgité le texte - mortellement tragique - dans un tel enchantement visuel. lire

Plaisirdoffrir.be - Rien que le lieu original et insolite intrigue. (…) Mais derrière la scénographie originale (Maggy Jacot), les costumes faits de patchworks en camaïeu bordeaux, c’est la mise en scène même qui séduit et surprend tout à la fois. (…) Mais l’ensemble ne serait rien sans les musiques fantasmagoriques de François Joinville et les lumières de Gérard Maraite.
Jeux de lumière, poignards volants, maquillages, sang qui coule, images vidéo, rien n’est laissé au hasard ou négligé. Mac Beth version Arsenic est un spectacle complet, un univers fascinant, une plongée dans les tourments d’un homme et d’une femme qui payeront chèrement le prix de la recherche de la gloire et du pouvoirMac Beth.
> lire