Accueil > Spectacles > C’est gentil, il ne fallait pas !

C’est gentil, il ne fallait pas !

Par La Maison éphémère
Scénographie, costumes et dramaturgie : Maggy Jacot, avec l’assistance de Rüdiger Flörke et Valérie Perin

Nicolas Druart et Adèle Lardinois ont décidé de faire leur vie ensemble. Ils s’installent dans la maison dont Nicolas vient d’hériter. Même si le lieu est quelque peu en chantier, ils nous invitent à pendre la crémaillère en famille, de revoir ceux que l’on a plus vus depuis longtemps et de manger un bout ensemble.


Dans la presse

-  La Libre culture - D’où la pendaison de crémaillère d’une maison trop grande pour les nouveaux habitants. Comment, dès lors, se sentir chez soi dans cette ancienne école, vaste, brute et dégarnie ? En y passant du temps et, par exemple, en se référant à la scénographe Maggy Jacot, bien connue des fans de la Compagnie Arsenic. (…) Sur le pas du bâtiment, un vieux lampadaire à fanfreluches. Dès l’entrée, une illusion de porte, un décor de bric et de broc, un vestiaire peuplé de portemanteaux perroquets, des draps en guise de séparation, lustres, papiers peints déchirés, tables basses et fauteuils disparates viennent chaleureusement habiter l’ensemble, lui donner âme et mémoire. > lire

Sur le web

-  Claude, spectateur - Je suis enchanté. Aussi bien du travail des acteurs que de la mise en scène. C’est surtout la scénographie que je trouve extraordinaire. On est pris dans l’ambiance. > lire