Accueil > Spectacles > Alpenstock

Alpenstock

Pièce de théâtre de Rémy de Vos

Conception : Axel de Booseré, Maggy Jacot
Scénographie et costumes : Maggy Jacot
Assistants scénographie : Rüdiger Flörke, Valérie Perin

Fritz et Grete semblent mener une vie paisible dans leur chalet au milieu des prairies verdoyantes. Mais les apparences sont souvent trompeuses. Fritz est rongé de convictions nationalistes et développe un dégoût profond pour les étrangers. Grete tente en s’investissant dans le nettoyage compulsif de juguler ses aspirations romantiques. Un jour, elle rencontre Yosip, un exilé balkano-carpato-transylvanien qui lui offre l’amour passionnel dont elle rêvait. Loin d’être une pièce sombre, cette farce délirante dirigée par les anciens metteur en scène et scénographe de la Compagnie Arsenic, Axel de Booseré et Maggy Jacot, aborde avec beaucoup de dérision des sujets brûlants d’actualité – montée de l’extrême-droite, immigration, peur d’un monde en perpétuel changement – et nous offre une irrésistible caricature de notre société.


Dans la presse

La Libre – [...]Alpenstock« se déroule quelque part dans un Tyrol imaginaire. C’est une farce »hénaurme« , hilarante, caricaturale, grotesque et très politique. Comme un Buster Keaton, un dessin animé mâtiné d’Otto Dix [...] Ce retour réussi du duo Axel de Booseré et Maggy Jacot prélude bien à leurs spectacles prochains : en mars, ils créent au Poche, à Bruxelles, »Poids plume« , encore avec Mireille Bailly, et en septembre un spectacle »Cabaret du bout de la nuit" sur la Belle Epoque et la Grande Guerre.

Le Soir – Si cette fable est une farce énorme, Axel de Booseré et Maggy Jacot la montent avec leur habituel sens du rythme, du grotesque et du burlesque. En ne laissant rien au hasard. Le décor de pavés noir et blanc réserve de multiples surprises. Les éclairages de Gérard Maraîte, le décor sonore de François Joinville et les effets spéciaux de Paco Arguelles sont utilisés comme de véritables partenaires des comédiens. Chaque mot, chaque action semble avoir été décortiqué par l’équipe pour en extraire le maximum de jus, de sens, de drôlerie. Oscillant entre film muet et délire à la Tex Avery, cet Alpenstock devient ainsi est une formidable machine à rire. Et à réfléchir.